Au service des vétérinaires depuis 25 ans...
+ 33 (0) 3 44 08 81 08

Traitement d’une pododermatite à l’aide d’un laser thérapeutique chez un lapin de compagnie

Traitement d’une pododermatite à l’aide d’un laser thérapeutique chez un lapin de compagnie

Christophe Bulliot, DVM, Dip ECZM (Small Mammals), exercice exclusif NAC (Exotic Clinic, Nandy, 77)

Les pododermatites sont un motif très fréquent de consultation pour le lapin de compagnie. Une origine environnementale doit en tout premier lieu être recherchée : litières abrasives (litière à chat, béton, graviers, moquette, litière en bouchons), souillées (changement insuffisant de la litière, surpopulation) ou humides (fuite du biberon, changement insuffisant de litière), sédentarité par manque d’exercice physique et maintien dans une petite cage. L’embonpoint est également un facteur favorisant. Elle peut être secondaire à une maladie entrainant une souillure du train arrière par les urines ou les selles (insuffisance rénale, cystite, diarrhée) ou empêchant le lapin de se positionner normalement pour ses mictions (arthrose, fracture vertébrale, trouble neurologique, amputation…). Ces dernières affections sont également à l’origine d’une position anormale du corps induisant un appui non homogène sur les quatre membres et des lésions sur les membres les plus sollicités.


5 stades de pododermatites sont décrits selon la profondeur des lésions :

Stade 1 : lésions ne touchant que la peau, hyperhémie et hyperkératose. Pronostic excellent.

Stade 2 : lésions touchant la peau et le tissu sous cutané sans gonflement important. Bon pronostic.

Stade 3 : gonflement et œdème, atteinte des tissus profonds avec inflammation. Traitement chirurgical possible à partir de ce stade. Pronostic bon à réservé.

Stade 4 : lésions caséeuses et fibrotiques des tissus profonds et structures vitales (tendons, os)  mais fonction locomotrice maintenue. Pronostic réservé à mauvais.

Stade 5 : perte de la fonction locomotrice, infection, inflammation et destruction tissulaire s’étendant jusqu’aux tendons, os et articulations, ostéomyélite. Possibilité d’amputation, Pronostic grave, euthanasie envisageable.

Nous vous présentons le cas d’une lapine d’environ 2 ans ayant eu dans le passé une fracture du calcaneum non opérée et cicatrisée mais avec une angulation de l’os à l’origine de mouvements articulaires limités. La lapine est présentée pour une pododermatite stade 3 de la patte en question évoluant depuis plusieurs semaines. Un antibiogramme avait été réalisé et a mis en évidence la présence d’Entérocoques. Un aménagement de l’environnement est recommandé avec vie en liberté ou enclos intérieur, surface au sol sèche et moelleuse et surveillance de l’embonpoint. Ce dernier est correct (body score 3/5) lors de la consultation. Un traitement médical avec antibiothérapie (sulfadiméthoxine / triméthoprime), AINS (méloxicam) et soins locaux (solution de povidone iodée et pommade cicatrisante au miel) est mis en place.

Une thérapie au laser est instaurée durant 3 semaines à raison de 3 séances par semaine. Nous utilisons la procédure préréglée plaie infectée (50% intensité, 12.888 Joules, 2.05 J/cm2) et inflammation chronique (36 Hz, 50% intensité, 25.389 Joules, 4.04J/cm2) petits mammifères.

Nous observons une granulation rapide de la plaie et une amélioration de la locomotion. Le patient est revu 2 mois après la première consultation. Une cicatrisation quasi complète est constatée à l’exception d’une croute de 4 mm. Les propriétaires continuent des soins locaux quotidiens. Le lapin se déplace beaucoup mieux, court et saute. Les mouvements articulaires restent limités. Aucune inflammation ou douleur n’est constatée sur le pied ou l’articulation.

Iconographie (photos C Bulliot)

NL4_Cas_1 petit.jpg Photo 1 : J0 + 2 jours

NL4_Cas_2 petit.jpg Photo 2 : J0 + 6 jours

NL4_Cas_3 petit.jpg Photo 3 : J0 + 19 jours

NL4_Cas_4 petit.jpg Photo 4 : J0 + 2 mois